Graham Kendrick, interviewé dans le dernier numéro de Construire ensemble (mai 2007), note qu’il constate un manque de lecture biblique dans nos cultes actuels. Il a raison. Graham Kendrick, qui est présent sur la scène de la musique de louange depuis plus de trente ans (mais surtout depuis vingt ans), est l’auteur de cantiques qui sont parmi les plus universellement connus : Brille Jésus (Shine Jesus Shine), Tu es venu jusqu’à nous (The Servant King), Mystère de Jésus-Christ (Meakness and Majesty), dont le contenu tranchait au moment de leur composition avec la tendance au dépouillement d’une partie des compositeurs. Plus généralement, il aborde dans ses chants des thèmes souvent oubliés comme l’incarnation, la création, la Trinité, etc., avec une sensibilité théologique qui s’est affinée au fil des années. Il est également l’auteur de cantiques adaptés à des occasions de la vie de l’Église souvent négligées dans la composition contemporaine (voir son allbum Spark to a flame, 1993). Kendrick a depuis plusieurs années (depuis les années 1990) une réflexion intéressante sur la pratique de la « louange » dans le culte d’aujourd’hui. Ce qu'il dit de la lecture de la Bible dans le culte est donc à écouter avec attention.

Il ne précise pas le rôle que peut jouer la lecture de la Bible dans le culte, mais en plus des aspects classiques de la question, on peut suggérer les éléments suivants :

- La lecture de la Bible comme acte de confession de foi : La foi est dite par la lecture des paroles inspirées de l’Écriture, conformément à la conviction de l’assemblée réunie. Par le simple fait placer cette lecture au cœur du culte, la communauté dit sa foi en Dieu l’auteur de la Bible, sa confiance en la valeur du texte inspiré, et son désir d’y soumettre sa vie.

- La lecture de la Bible comme acte d’adoration : La lecture publique, qui n’est pas ici conçue comme la simple citation d’une phrase biblique par ci par là mais comme la lecture d’une unité littéraire de la Bible, est un acte d’adoration du Dieu des Écritures. Les paroles bibliques, qui sont données par Dieu à son Église, lui sont retournées par la communauté qui les fait siennes, en un acte d’adoration du Dieu qui se révèle, en un acte de reconnaissance au Dieu qui fait connaître son plan de salut par sa parole.

- La lecture de la Bible comme acte de consécration : Par la lecture publique des Écritures, la communauté chrétienne rassemblée marque en quelques sortes son désir de revenir aux sources de la foi, de redire et de réentendre le récit de l’histoire du salut et de la nouvelle alliance. Comme le peuple d’Israël le fait à de nombreuses reprises, elle affirme ainsi son retour à Dieu ou son désir de se tourner vers lui.